samedi 14 janvier 2017

Technologie de l'information… De la pérennité des sites internet.

Bonjour,

À l'aune de mon expérience — www.artillerie.info a été créé en 2002 et www.fortifications.fr en 2006 — les changements de plateformes de développement se sont toujours révélés chronophages et coûteux… C'est aussi le prix de sites dépourvus de publicités et dont le contenu est intégralement maîtrisé, au bénéfice des lecteurs !

Plus orienté vers des formes de communication, colloque et conférences, et les publications traditionnelles, je n'avais, pendant plusieurs années réalisé qu'une maintenance minimale du contenu alors que la forme semblait convenir. J'avais depuis lors privilégié mon blog qui connaît aujourd'hui un succès important — et étonnant… Plusieurs milliers de visites mensuelles ! — au regard de son caractère spécialisé. Pourtant, inexorablement, le temps a fait son œuvre et l'obsolescence technologique se révèle désormais presque rédhibitoire   

Ce n'est que récemment que je me suis résolu, enfin, à changer d'outil de développement pour adopter — c'est le cas, dans un premier temps, de mon site www.artillerie.info — les standards de programmation Web les plus récents. Il s'agit non seulement de s'adapter aux nouveaux logiciels (Webbrowsers) mais surtout aux nouvelles habitudes de lecture : les consultations à partir de téléphones mobiles ou tablettes concurrencent sérieusement l'ordinateur dans sa forme classique.
Désormais, consulter un site internet à partir des plate-formes mobiles se révèle comme un "must". Les sites se doivent alors d'adopter répondant aux exigences d'un "Web responsive design" (trad. d'une architecture adaptative)… Il n'en va pas seulement du confort des utilisateurs mais surtout de la pérennité des sites !

En effet, la communication via Internet a pris une place importante, pour le meilleur et le pire… Si, un nombre important de sites & blogs n'amènent qu'une valeur ajoutée assez faible — i. e. essentiellement alimentés le plagiat — d'autres se révèlent comme de véritables pépites. Pourtant, nombre de ces sites, semblent condamnés à court ou moyen terme. Deux raisons essentielles me semblent y contribuer :
  • Utilisant souvent des environnements de développement et d'hébergement tiers, souvent gratuits, la récupération du contenu est souvent très difficile voire impossible. La maîtrise des données hébergées est une condition sine qua non de la pérennité d'une site ; 
  • Les évolutions technologiques, en particulier l'adaptation aux nouveaux moyens de consultation n'est pas toujours assuré… Aujourd'hui les résultats des recherches dans des moteurs tels que Google prennent ces aspects techniques en compte pour hiérarchiser les résultats. Un site sans un flux de visiteur est inévitablement condamné.

Si on trouve, sans peine, nombre de sites technologiquement obsolètes, on peut mettre en exergue le travail remarquable réalisé, qui plus est sous une forme collaborative, par une association strasbourgeoise : www.archi-wiki.org qui peut être également consulté au moyen d'une "app" dédiée sur les mobiles.

Il me semble donc tout à fait adapté d'attirer l'attention des gestionnaires de sites  et de forum — au moins ceux de qualité — sur la nécessité de disposer d'environnements adaptés en maîtrisant l'environnement technologique. C'est une condition sine qua non pour que leur pérennité puisse être assurée.

Pour mettre en exergue le caractère "Web responsive", cette courte vidéo illustrant une consultation de mon site refondu à partir d'un téléphone portable… Vidéo à découvrir ici 

Bien cordialement. 

J.M. Balliet


dimanche 8 janvier 2017

La place forte de Neuf-Brisach au XVIIIe — Archétype de la fortification bastionnée contemporaine.


Il s’agit d’une version revue et adaptée d’un article de vulgarisation publié en 2012 dans la revue de l'Association des Amis du Musée de l'Infanterie. D'une diffusion par nature essentiellement restreinte au milieu militaire, je partage cet article avec vous.

Des études plus approfondies et, par nature, plus techniques ont fait l’objet par nos soins de plusieurs communications lors de colloques internationaux ainsi que de publications essentiellement données en langue allemande (cf. bibliographie). 




Vous pourrez utilement compléter cet article en consultant les pages dédiées à Neuf-Brisach sur notre site www.fortification.fr.


Bien cordialement.

J.M. Balliet

samedi 7 janvier 2017

La caserne Suzzoni à Neuf-Brisach : Du 18e siècle à nos jours.

Domaine d’élection de la vie militaire, les casernes restent paradoxalement méconnues voire ignorées des historiens. La caserne Suzzoni ne représente pas une exception… En effet, quoi de plus anodin qu’une caserne que rien dans l’absolu ne distingue des autres casernes bâties à la même époque ?
Si la caserne Suzzoni est pressentie pour abriter les collections du musée de l’infanterie, cela lui confère pourtant un intérêt tout particulier. Il s’agit, sinon de conter son histoire, mais surtout de replacer ce bâtiment dans le cadre histoire de Neuf-Brisach et de celle des casernes françaises.
Enfin, nos recherches ont montré que le nom a été mal orthographié ("Suzonni") : erreur de transcription ou faute d’usage ? C'est encore aujourd'hui le cas ! Il s’agissait d’honorer la mémoire du colonel Raphaël de Suzzoni, colonel du 2e régiment de tirailleurs algériens, mort au champ d’honneur le 6 août 1870.

Article à découvrir intégralement ici… Caserne Suzzoni - Balliet J.M. (2017)

Bien cordialement. 

JMB

samedi 17 décembre 2016

Un livre, un jour… Le château du Taureau & la baie de Morlaix

Jusqu’à il y a peu, celui qui s'intéressait au château du Taureau et aux fortifications de la baie de Morlaix ne pouvait trouver son bonheur que dans une publication presque éponyme de G. Lécuillier. Publiée en 2005, cette édition était devenue d'un accès difficile en librairie voire chez les bouquinistes.

L'auteur et son éditeur offrent, en cette fin d'année, une nouvelle édition a été non seulement revue mais également très augmentée. La lecture est très agréable : une succession de chapitres d'une dimension très contenue qui aborde des thématiques très variées. En effet, l'auteur ne se contente ni d'une classique étude architecturale, ni d'une simple narration à caractère historique.

Le choix est très heureux : il devrait ravir le plus grand nombre même si, avec l'œil du chercheur plus spécialisé en matière d'artillerie et de fortifications, on aurait aimé que quelques chapitres soient un plus étoffés et quelques propos précisés. Au regard de la qualité d'ensemble de l'ouvrage, ce n'est toutefois nullement rédhibitoire et ces développements souhaités peuvent aisément trouver leur place par l'intermédiaire de canaux dédiés.


En tout état de cause, il s'agit là d'un ouvrage à mettre entre toutes les mains, du chercheur le plus averti au simple curieux !

LÉCUILLIER (G.) - Le château du Taureau. Baie de Morlaix. Spézet, Coop Breiz, 2016.







À la découverte de la baie du Morlaix et du château du Taureau

Quelques clichés du château du Taureau, aujourd'hui admirablement restauré, souvenirs de notre voyage d'étude en Bretagne Nord [2015]…





mardi 6 décembre 2016

Les « batteries abandonnées » de la citadelle de Blaye

Guérite surplombant la porte royale
Un voyage d'étude ne peut se résumer au seul fait de consommer sans retour… C'est aussi l'occasion d'échanges, souvent fructueux, mais également de retours venant préciser l'un ou l'autre point resté dans l'ombre ou méconnu.

Un bel exemple peut être donné à l'occasion d'un récent séjour en Gironde, plus précisément le verrou de Blaye comprenant outre la très belle citadelle de Blaye, le fort Médoc (un ouvrage en tous points remarquable) et le fort Pâté.

C'est ainsi, qu'accompagné d'un excellent guide et fin connaisseur du site, le général Daniel Thomas, j'ai pu découvrir le site d'une manière extrêmement détaillée et compléter ce voyage en donnant la solution à l'une ou l'autre question restée jusqu'ici sans réponse.

C'est le cas de deux emplacements connus sur les cartes sous le vocable de « batteries abandonnées » (sic.), en fait des batteries de côte des années 1860 mais sans autre précision. La nature comme période d'usage comme la nature de leur armement restait inconnue !

Découvrir l'article intégral sous la forme d'un flip-book… Batteries abandonnées de la citadelle de Blaye

Si notre étude, présentée sous la forme d'une enquête, apporte un certain nombre d'éléments factuels, tout n'est pas dit. Le sujet peut — devrait — faire l'objet de bien d'autres développements tels que l'exploitation des sources archivistiques telles que celles du S.H.D.

Enfin, les travaux de recherche, même lorsqu'il ne s'agit pas de colloques ou de publications, peuvent également se révéler le prétexte de rencontres heureuses et d'échanges fructueux… Une pensée amicale au président de l'association 1846 — La fortification du XIXe siècle — dont je recommande chaleureusement le blog d'une très haute tenue.

Bien cordialement. 

JM Balliet

Citadelle de Blaye : depuis la Gironde

jeudi 1 décembre 2016

Un livre, un jour… Salon du livre de Colmar [2016] & la Forteresse de Lichtenberg

Si le salon du livre de Colmar connaît un succès mérité, c'est aussi l'occasion pour l'amateur de fortifications de découvrir l'un ou l'autre ouvrage dont la publication était passée inaperçue.
Certes la moisson, au moins pour ce qui me concerne, fut pauvre : un unique ouvrage, presque perdu dans un lot de d'ouvrages parfois bradés, pour quelques euros, par la société savante d'Alsace qui en avait assuré la publication !
Publié il y a fort longtemps, plus de vingt, cette publication se révèle in fine d'un grand intérêt et mérite d'être sortie de l'oubli…
RIEHM (D.) - Lichtenberg. Une forteresse et sa garnison de 1678 à 1870. Strasbourg, Société Savante d'Alsace, 1995.
La notice (provisoire) que je viens de rédiger permet d'en préciser tout l'intérêt :
Publication d'un mémoire dont le contenu s'appuie plus particulièrement sur le « fonds de Moscou », un corpus d'archives qui venaient tout juste d'être rapatriées. L'étude est bien construite et fait montre de grandes qualités et devrait ravir les amateurs de fortifications, y compris les plus exigeants !
Si l'auteur n'est nullement un spécialiste des fortifications, on ne peut que se réjouir d'un alsatique dont l'intérêt dépasse les frontières de l'Alsace et du château de Lichtenberg.




Cette publication sera utilement complétée par un autre ouvrage d'une grande qualité, publié deux après :
RUDRAUF (J.M.), KOCH (J.) - Lichtenberg. Du château fort des sires de Lichtenberg à la forteresse royale : sept siècles d'architecture militaire. Saverne, Centre de recherches archéologiques médiévales de Saverne, 1997. Ouvrage tiré à 200 exemplaires sur papier couché. Il en existe une édition brochée. Cet ouvrage utilise les fonds de cartes rapatriées très récemment de Moscou. Avec envoi de l'auteur.
Si d'aventure vous aviez l'occasion d'acquérir ces deux publications… Pas d'hésitation !

Bien cordialement. 

JM Balliet