La place de Neuf-Brisach… À propos d'un élément architectural méconnu, le Mur-bouclier !

Bonjour,

Ce billet montre un des aspects peu connus de Neuf-Brisach qui mérite quelques développements ne serait-ce qu'une raison de son caractère probablement unique dans l'architecture militaire de la fin du 19e.

Il s'agit d'un mur-bouclier (all. Schildmauer) érigé au milieu de la courtine de l'enceinte dite de sûreté — celle qui est au plus prêt de la ville — sur les quatre fronts qui ne comportent pas de porte (fronts 2-3, 4-5, 6,7& 8-1). Les fronts qui comportent des portes disposent également de murs boucliers mais ils sont organisés différemment : l'un est disposé sous les arches du pont et l'autre protège la poterne débouchant sous ce même pont au niveau de l'escarpe. Il s'agit des fronts des portes de Colmar (front 3-4), de la porte de Strasbourg (front 5-6) et de la porte de Bâle (front 7-8). Le front de la porte de Belfort (front 1-2) représente une exception puisqu'il ne comporte plus, à cette époque, de pont et reprend le modèle des fronts dépourvus de portes.

En pratique, à l'exemple du front 2-3 compris entre les portes de Belfort et de Colmar…

1. La courtine brisée avec, au premier plan le mur-bouclier, objet de notre propos… Au second plan le petit-flanc de courtine avec ses deux embrasures installées par les Alllemands vers 1875 (antérieurement — i. e. jusqu'en 1870 — il n'y avait qu'une seule embrasure) et, enfin, à l'arrière-plan la tour bastionnée 2 dont les embrasures ont été modifiées à deux reprises (vers 1875 puis vers 1885).



2. Le rôle du mur bouclier est ici mis parfaitement en évidence. L'embrasure de gauche du petit flanc de courtine est parfaitement masquée et celle de droite ne pose pas de problème bien les axes de tir des deux embrasures ne soient pas parallèles mais convergents ! 




3. Enfin, une vue de profil de ce mur bouclier dont la hauteur totale atteint quand même 3,50 m pour 1 m d'épaisseur. Le mur est construit en briques (typiquement de facture allemande) sur une assise de grès rose. Pour le protéger du ruissellement des eaux de pluie, la partie sommitale est ornée de couvertines en terre cuite.




Discuter de l'état d'armement de la place de Neuf-Brisach alors intégrée dans l'importante tête de pont fortifiée de Neu-Brisach (Brückenkopf Neubreisach) mériterait de longs développements. Toutefois, pour ce qui concerne la défense des fossés à partir de 1875 jusqu'en 1918, elle est assurée initialement par des canons de 9 cm C/73 se chargeant par la culasse disposés sur un affût de casemate (en théorie 26 pièces sont destinées aux tirs de flanquement) qui seront renforcés par quelques canons-révolver de 3,7 cm (3.7 cm Revolverkanone — Les états d'armement indiquent 5 pièces disponibles pour 6 pièces en dotation théorique). Sur le front de la porte de Colmar, dans la tour bastionnée 2 (et probablement la 3 également) qui flanque la porte de Colmar, sera installé, vers 1909, un support adapté à l'usage de la mitrailleuse MG 08.

Pour de plus amples précisions sur les murs-bouclier disposés au niveau des portes. cf. article publié antérieurement sur ce même blog : Memento sur les portes de Neuf-Brisach

Bien cordialement.

Dr Balliet J.M.

Commentaires