Fortifications : dispositions insolites ou méconnues… (3)

En matière de dispositions insolites, les portes des fortifications recèlent encore de nombreuses surprises… Là encore, tout est dans le détail pour celui qui, attentif, saura les reconnaître !

Ce troisième billet — Fortifications : dispositions insolites ou méconnues — nous conduit à Erfurt, une ville de la Thuringe (all. Thüringen) dont le patrimoine fortifié se révèle d’une richesse inouïe (Citadelle Petersberg & al.). Elle dispose d’une seconde citadelle — Zitadelle Cyriaksburg — qui vient renforcer les défenses de la ville vers l’ouest.


Les premiers éléments de fortification ont été érigés entre 1480 et 1604 pour se voir considérablement renforcée durant la guerre de Trente ans. Elle perdra peu à peu de son importance avec la construction de la citadelle du Petersberg à la fin du 17e siècle. Durant les guerres de l’Empire, la citadelle sera occupée par les troupes françaises qui procéderont à quelques modernisations à partir de 1812, dans la suite de la désastreuse campagne de Russie. L’Empereur se rendra sur le site le 6 avril 1813, sans être satisfait de l’avancée des travaux. In fine, les troupes françaises subiront un long siège, près de 7 mois, à Erfurt (octobre 1813 - mai 1814).
Après le congrès de Vienne, la Saxe et Erfurt sont donnés à la Prusse et d’importants travaux de modernisation de la Cyriaksburg sont entrepris entre 1824 et 1830.

Zitadelle Cyriaksburg — Caserne défensive "Defensionskaserne" [1825-1826]
& caponnière de gorge[1829]

Aujourd’hui de tours médiévales transformées en tour d’artillerie à l’épreuve par les Français subsistent et l’une d'entre elles — Turm B - Geschützturm II — possède encore une porte munie des ferrures d’origine installées par les Prussiens dans les années 1820.

Turm B - Geschützturm II aménagée comme plateforme panoramique

Turm B - Geschützturm II
Porte à deux battants et ses ferrures d'époque (vers 1820)

Il s’agit de protéger l’accès à la tour à tout intrus et, dès l'origine, une serrure isolée est jugée insuffisante. C’est pourquoi, on dispose en sus d’un verrou muni d’un cadenas. On ne voit là rien que de très classique et, pourtant… Lorsque le verrou est fermé, il vient soigneusement recouvrir la serrure de la porte et rendre l’accès à la serrure, sinon impossible, au moins difficile !

Serrure & verrou (noter la très belle marque de fondeur)
Haut : Position ouverte — Bas : Verrou venant couvrir la serrure


Combinaison serrure-verrou : un détail certainement amusant qui n’attirerait probablement guère l’attention d’un visiteur, même érudit :-)

Bien cordialement

J.M. Balliet

Commentaires