Armement et mise en état de défense des forteresses au début du 20e siècle


Lorsqu'il est question de forteresses, de forts ou, plus généralement de fortifications, on peut assez aisément appréhender ses caractéristiques architecturales. Toutefois, on bute plus fréquemment sur une question qu'on ne saurait éluder, celle de son armement !
En effet, il faut distinguer les différentes phases dans l'armement — grossièrement le temps de paix vs. le temps de guerre — mais encore les dotations théoriques vs. réelles. Enfin, au fur et à mesure des avancées technologiques et des besoins stratégiques et tactiques, les états d'armement vont s'adapter à des situations pour le moins fluctuantes.
Pourtant, on peut retenir pour l'armement des places autour des années 1900 — en France, essentiellement les fortifications du type Séré de Rivières — quelques principes généraux qui doivent permettre de normaliser la description des états d'armements.

Bien cordialement. 

J.M. Balliet



Armement — Dotation des places


La dotation des places en bouches à feu est fixée par le ministre. Les approvisionnements en munitions, attirails et accessoires de toute nature sont calculés par pièce, d'après un barème qui varie suivant la catégorie des places et la nature des pièces (dans les années 1900, par exemple, on attribue 700 coups par canon long dans les places de première ligne).

Divisions de l'armement


L'armement se divise en deux parties : armement de sûreté, armement de défense.

1° Armement de sûreté en batterie, et prêt à tirer dès le temps de paix


Pièces de flanquement rapproché…
  • Canons-revolvers et 12-culasse associés (dans les caponnières).
  • Mitrailleuses.
  • Anciens canons tirant à mitraille.
Pièces de flanquement lointain…
  • Canons de campagne remisés à proximité des plates-formes.
  • Canons à tir rapide "portatifs"
  • Casemates de flanquement (casemate de flanquement Mle 1899)
Pièces d'interdiction cuirassées…
  • Canons de fort calibre à grande puissance (exp. Casemate en fonte du Cdt Mougin).
  • Tourelles cuirassées, à éclipse ou non.
Pièces à longue portée disposé sur le rempart. Il doit être retiré après la période d’action.

2° Armement de défense (i. e. temps de guerre)


Se divise en :

_ Armement de mobilisation : À installer dès le début de la mobilisation sur le périmètre de la ligne de défense principale (travaux prévus)

_ Armement disponible :
  • Forts calibres réservés pour renforcer le front attaqué
  • Armement mobile
  • Batteries sur affûts-trucs Peigné-Canet.

_ Batteries de sortie (attelées).

Installations de l'artillerie.

Groupement


Batteries (généralement quatre pièces de même calibre), groupes de batteries, artillerie des secteurs.

Différents genres de batterie.


Les batteries sont des ouvrages en terre comprenant : un épaulement, un terre-plein avec traverses, des communications (tranchées), des magasins à poudre et à munitions, des abris pour le personnel. On les divise en :

_ Batteries de protection à vues directes.
  • Pièces de rempart cuirassées
  • Pièces de flanquement
  • Batteries spéciales (généralement bétonnées), construites en dehors des ouvrages dès le temps de paix pour maîtriser directement certains points dangereux.

_ Batteries prévues (quelquefois  les travaux sont amorcés dès le temps de paix).
  • Batteries de crêtes, masquées.
  • Batteries hors de vue, complètement défilées.

_ Batteries mobiles — Installées derrière des épaulements improvisés pour surveiller les buts mobiles et repousser les surprises (calibre maximum = 95)

_ Batteries de sortie — Batteries de campagne attelées et manœuvrant.

_ Batteries sur trucs (Affûts Peigné-Canet)

Magasins à munitions et à poudre.

Les munitions sont réparties entre plusieurs magasins, échelonnés du centre à la périphérie magasin central, magasins de secteur, dépôts intermédiaires, magasins de batterie, ateliers de chargement, etc. Les magasins et ateliers sont installés dans des locaux souterrains (magasins-cavernes).

Transports et ravitaillement.

Voies périphériques et rayonnantes, embranchements sur les batteries et ouvrages. La voie périphérique longe la ligne de défense principale. Les batteries sont ravitaillées la nuit et ont toujours d'avance l’approvisionnement prévu pour un jour.

Communications télégraphiques

Le réseau télégraphique se divise en réseau du commandement et réseau de tir. Celui-ci est ramifié du commandant du secteur aux groupes, batteries et observatoires.

Commentaires