Lorsque les sciences historiques sont confrontées à la dure loi de Brandolini !

Lorsqu'il s'agit de publier, de communiquer dans des colloques ou, plus simplement, au profit de quelques amateurs, éclairés ou non, il importe que le discours soit toujours de qualité en conjuguant la nécessaire rigueur — il convient de maîtriser ses sources — à accessibilité du propos qui doit correspondre aux attentes et niveau de son auditoire.

Certes, on peut, en maîtrisant parfaitement son sujet, arriver à un degré d'abstraction qui n'est pas forcément rédhibitoire mais qui, en pratique, ne conviendra qu'à un public très restreint. En effet, quel que soit le public (et son niveau de connaissances), il ne faut en aucun cas négliger les indispensables interactions entre l'auteur — i. e. le conférencier — et son auditoire : le jeu des questions et des réponses, loin d'être fastidieux, nourrit souvent utilement les deux parties. C'est, in fine, une véritable source de richesse, à mes yeux, la plus essentielle !

On pourrait se satisfaire de cette situation, c'est peu ou prou mon cas car je n'interviens que très ponctuellement et toujours de manière factuelle sur les forums ou les réseaux sociaux.
Pourtant, à l'aune de ce que j'observe depuis plusieurs années, on est inévitablement confronté à une série de dérives qui nous interrogent. Il ne s'agit pas seulement de la qualité des échanges ou des propos que l'on peut observer sur Internet — les forums et autres réseaux sociaux en sont parfois la parfaite illustration — mais aussi de certaines publications qualifiées d'universitaires où, sous prétexte de propos au caractère souvent lénifiant, on assiste à quelques délires intellectuels qui nous laissent parfois pantois.

On pourrait penser qu'il s'agit de deux mondes que tout oppose, pourtant ils adoptent souvent les mêmes travers. Plus particulièrement : une maîtrise insuffisante des sources où il s'agit non seulement de lire (cela semble de plus en plus désuet) mais aussi de comprendre. En résumé… Cela relève, dans un cas comme dans l'autre, du baratin !
Et, s'agissant de baratin, on ne peut manquer d'évoquer la loi de Brandolini qui se définit comme suit : « La quantité d'énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer » (cf. Echosciences - Grenoble)


Pour illustrer notre propos sous une forme imagée, nous nous sommes permis d'adapter, sous une forme abrégée, l'excellente chronique publiée dans la revue Défense & Sécurité Internationale (DSI n°127 janv.-février 2017 p.114) sous le titre « Le prout et la loi de Brandolini ».

« Jusqu’à il y a encore peu, disons dix ou quinze ans, l'avis de votre médecin sur cette toux bizarre comptait plus que celui du cousin Gégé du bar d'en face, surfeur sur le web de son état, à qui, par définition, « on ne la fait pas ». Aujourd'hui, Gégé semble avoir gagné et votre toubib a juste le droit d'être insulté « d'élite déconnectée du vrai peuple ». Ce qui est vrai pour les vaccins — des maladies ont fait leur réapparition — l'est aussi dans notre domaine pour une raison inconnue, les gens ont oublié que l'histoire était complexe et que la méthode scientifique, c'est subtil et repose surtout sur le concept de démonstration. 
Bienvenue dans le monde « postvérité » : aujourd'hui, être expert ou lire des livres peer-reviewed — i. e. revu par un comité scientifique —ne sert plus à rien ; avoir un avis, le plus souvent mal informé, suffit, et l'exprimer à la face du monde sur les réseaux sociaux à valeur de légitimité. En effet, il suffit d'offrir un petit lavage de vos connaissances historiques : « Quoi, en plus, il faut savoir faire une ligne du temps pour étudier un conflit ? Ah ben si j'avais su… C'est pas grave, je vais vous faire un alignement de trucs glanés çà et là. Prends ça dans ta face, sale élite déconnectée ! » De fait, le savant ou celui qui cherche à l'être est bien désarmé. 
Cela a même été théorisé : la loi de Brandolini stipule que « la quantité d'énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer ». Bref, allez tous mourir avec vos bouquins remplis de nuances, Gégé va s'en nourrir comme autant de munitions au peloton d'exécution de la science comme méthode de progression vers la vérité historique. Ce que ne dit pas la loi en question, c'est comment se tirer de ce bourbier. 
Au vrai, la solution existe depuis quelques siècles et s'appelle la méthode. Seulement, c'est plus long et ça implique des efforts. Or Gégé a pas mal de vidéos rigolotes de chats à visionner encore aujourd'hui, ce qui l'empêchera de devenir un véritable expert. Il préférera la voie facile consistant à confondre hypothèse, opinions et faits et ne surtout jamais se remettre en question. Bref, l'affaire n'est pas gagnée et, s'il faut espérer une chose, c'est bien de vous voir lire beaucoup et de ne pas oublier qu'un véritable expert tire une fierté toute particulière de savoir qu'il ne sait pas tout et que chaque question à laquelle il a répondu en appelle bien d'autres. »

Faut-il alors baisser les bras… Certes non, mais la lutte s'avère, dans bien des cas, inégale !

Bien cordialement. 

J.M. Balliet

Commentaires