« Cheminées défensives » de la tour de Camaret — Fortifications : dispositions insolites ou méconnues (12)


En matière de fortification littorale du 17e, la tour de Camaret est certainement un représentant parmi les plus illustres. D'un accès difficile, elle devrait s'ouvrir sous peu, après de longs travaux de restauration, au public.

Alors que l'ouvrage semble bien connu, il y a quelques détails du ressort de l'insolite voire de l'inédit… Dans chacune des trois cheminées (rez-de-chaussée, 1er et 2e niveaux) est aménagé un créneau de fusillade. Des cheminées organisées défensivement, voici qui n'est guère courant !

La valeur d'usage d'un tel dispositif doit toutefois être appréciée avec retenue car l'usage d'une arme à feu — les longs mousquets en usage à cette époque — relève plutôt de l'illusoire.

On peut tenter de trouver une réponse quant à leur utilité au niveau des façades extérieures : Ces créneaux joueraient-ils un rôle de leurre ? Une rupture de continuité dans la disposition des créneaux de fusillade pourrait signifier à l'adversaire l'emplacement exact des conduits de cheminée qui correspond à une zone de faiblesse dans la muraille ?

Il n'en reste pas moins vrai qu'un tel dispositif — toujours passé sous silence — relève parfaitement de la thématique traitée dans cette série de billets.




Pont-levis surmonté d'un corps de garde


Plate-forme d'artillerie.

Four à boulets (four à réverbère) installé durant la période révolutionnaire.

RdC — Notez le créneau installé dans la cheminée !
RdC — Trappe d'accès au sous-sol aménagé défensivement

1er niveau de la tour. Noter les stigmates de la bataille de Camaret (juin 1694) 

1er niveau.

1er niveau… L'usage du créneau dans la cheminée doit être particulièrement malaisé !

1er et 2e niveaux.

2e niveau.


Quelques autres clichés (état septembre 2017)…




Avec mes remerciements appuyés à Patrick Jadé & A.S. Théhour (Mairie de Camaret) pour la qualité de leur accueil.


Commentaires